Langues – Des têtes doivent tomber !

  • Ce sujet contient 11 réponses, 2 participants et a été mis à jour pour la dernière fois par Mireille Zeler, le il y a 5 années et 11 mois.
10 sujets de 1 à 10 (sur un total de 12)
  • Auteur
    Messages
  • #4708 Répondre
    Donald
    Invité

    J’estime pour ma part que des têtes doivent tomber. Ce retard et ce manque de professionnalisme sont tout bonnement inexcusables.
    Mais bien sûr, nous vivons dans un monde de “planqués” pour qui le mot “professionnalisme” est dénué de sens…
    Les médiocres se protègent entre eux, c’est bien connu.

    Les formateurs, quand ils ne sont pas indépendants, ne bénéficient ni d’un CDI, ni d’un CDD. Ils signent un “contrat de vacation” par intervention (20h, 30h, … dans le cadre d’un module auprès d’une société cliente).
    Depuis le 1er janvier, les demandes de formation en anglais et autres langues sont en “stand-by”. Cela veut dire, concrètement, que les formateurs l’ont bien profond dans le “fion”. Pas de demande, pas de contrat renouvelé. On ne peut pas parler de “licenciement”, le gouvernement est soulagé.

    #4720 Répondre
    Olivier
    Invité

    Bonjour,

    Ce qui est étonnant quand même c’est qu’entre une négociation entre partenaires sociaux qui débouche sur un Ani National Interprofessionnel, puis sa déclinaison en loi et enfin en décrets, il y a un nombre impressionnant de réunions de cadrage, de discussion, de précision, de réécriture avec tous les acteurs qui (en principe) connaissent le monde de l’entreprise et donc ses besoins.

    La maitrise d’une langue étrangère faisait (il y a peu) partie du socle de compétences. normal en ce monde mouvant de parler une autre langue et c’est facilitant pour ne pas dire indispensable dans certains métiers.

    C’est donc une condition “d’employabilité” qui n’a pas été portée dans ces lieux étranges que sont les cabinets de ministres, salles de l’Assemblée nationale ou du Sénat.

    Je suis convaincu que les formations en langues vont être reconnues éligibles, c’est une évidence. mais quand ? et quels seront les dégâts pour les OF.

    Pour les entreprise je nuancerais, elles ont toujours (et la loi l’est y invite) la possibilité de financer des formations en langues sur le Plan de formation.

    On ne peux que comprendre votre colère mais de là à inciter les formateurs à prendre rendez-vous avec leurs proctologues ….

    je plaisante bien sur !

    Cordialement.

    #4762 Répondre
    pom
    Invité

    … faute de pouvoir prendre un RDV avec le Pole emploi, car la plupart, effectivement sont en contrats de mission ou indépendents, ils vont tous y aller…

    #75292 Répondre
    Arnaud de Lingueo
    Maître des clés

    Bon ba ça y est on n’en peux plus : Si vous avez envie comme nous de manifester votre mécontentement, signez la pétition ici : http://tinyurl.com/PetitionHiboux
    Et faites tourner !

    #118120 Répondre
    MonsieurPho
    Invité

    Je viens d’apprendre mon licenciement pour motif économique. Mon entreprise, centre de formation en langues et qui réalisait la moitié de son chiffre d’affaires grâce à l’ancien DIF, voit tous ses dossiers CPF en stand-by depuis le début de l’année.

    Aujourd’hui, ce sont des licenciements de masse qui s’effectuent, et j’ai perdu mon emploi.

    Merci au gouvernement pour la création de la première réforme visant à favoriser le retour à l’emploi qui fait licencier les gens.

    #118309 Répondre
    Agnès
    Invité

    Je vous recommande de vous rapprocher de votre député et prendre rendez-vous avec lui pour faire savoir que cette réforme cause beaucoup de tord à tous.
    De mon côté j’ai rendez-vous avec le député du Vaucluse le 18 juin.
    Il faut faire du bruit, il faut faire connaitre au plus grand nombre l’absurdité de cette réforme. Ne vous contentez pas d’extérioriser votre mécontentement sur le forum!
    Pour ma part, selon comment se passera mon rendez-vous avec le député je verrai s’il me semble alors opportun d’envoyer un courrier directement au ministre.

    • Cette réponse a été modifiée le il y a 5 années et 11 mois par Arnaud de Lingueo.
    #120406 Répondre
    Alice
    Invité

    Ca y est, je jette l’éponge! Formatrice depuis 1999, je ne supporte plus la précarité grandissante, l’absence de contrat et j’ai décidé de retourner à l’enseignement “traditionnel”, car j’ai une famille, un prêt immobilier et des charges à payer.

    Je suis spécialisée en formation individuelle… et autant dire que le CPF s’est bien assurée de la mort de ce pan de la formation… certes, cela représente un coût. Mais cela permet, notamment en langues (c’est mon domaine!) d’apporter à des gens ce dont ils ont exactement besoin et de les accompagner vers la confiance en eux.

    Je suis vraiment choquée par tout ce qu’il se passe depuis 2 ans (cela a commencé bien avant la mise en application du CPF en janvier dernier).
    Je suis travailleur indépendant depuis 2001, je paie des charges assez importantes et le mois dernier, j’ai facturé 580€… alors que je verse à l’URSSAF, au RSI et à la CIPAV près de 700 par mois. Evidemment, je ne toucherai aucune indemnité chômage…

    Je reste bien entendu à l’écoute de tout ce qu’il se passe et soutient votre action.

    Bon courage à toutes et tous!

    #120793 Répondre
    Isabelle
    Invité

    @Agnès,
    Avez dressé une liste de questions à poser à votre député? Avez-vous un condensé du CPF afin de lui en parler clairement? J’avais aussi l’intention de faire de même auprès de mon député (département 28). Nous pourrions rapprocher nos propos! Qu’en pensez-vous?
    @Alice, je comprends votre désarroi ayant créé mon OF en langues en 1999 aussi. Il m’est actuellement impossible d’apporter suffisamment de travail à mes formateurs, on ne peut décemment pas vivre avec 4h de cours/semaine! Je ne lâche pas le morceau pour l’instant, j’irai jusqu’au bout et j’espère tenir le coup et pouvoir continuer à bien faire mon métier comme je l’ai tjs fait et comme vous l’avez certainement fait aussi. Bon courage.

    #142984 Répondre
    Agnès
    Invité

    @Isabelle, j’essaye de regrouper des informations, pour le moment je regroupe tout ce que je trouve sur un fichier word, il faudra que je fasse un tri et aller à l’essentiel pour ne pas perdre l’intérêt et la concentration de mon interlocuteur.
    Je cherche notamment les chiffres du nombre de dossiers CPF validés au premier trimestre 2015, j’étais tombée dessus il y a quelques temps sur ce site et je n’arrive plus à remettre la main dessus… je ne me souviens plus si c’était dans un article ou un message du forum. Je ne sais pas bien où trouver des chiffres “officiels” pour comparer les dossiers CPF validé et les comparer aux anciens dossiers DIF il me semble quelque chose comme pour de 500 dossiers CPF validés au 1er trimestre 2015 contre 50 000 dossier DIF mensuels.

    Si vous avez des suggestions de questions ou de fait que je pourrais rapporter au député le 18 juin lors de mon entretient avec lui je suis à votre écoute!

    Il s’agit d’un député UMP, peut-etre sera-t-il plus enclin à taper du poing à l’assemblée contre une réforme passée par le parti opposé …

    #143467 Répondre
    Adrien
    Invité

    Bonjour Agnès,

    Voici un bon résumé de la situation

    Bonne lecture.

    Adrien

10 sujets de 1 à 10 (sur un total de 12)
Répondre à : Langues – Des têtes doivent tomber !
Vos informations :




1 + = 5