Site icon CPFormation

Digital learning : où en est-on en 2017 ?

digital-learning-2017

L’ISTF dresse une cartographie de la digitalisation des services formation.

L’ISTF est l’institut des métiers du blended learning. Il a mené une enquête auprès de 400 structures françaises (entreprises privées, centres de formation, secteur public, etc.) pour connaître leurs pratiques digitales en matière de formation.

L’objectif du livre blanc s’appuyant sur les résultats de cette enquête est de faire un état des lieux de la digitalisation des services formation au sens large et de fournir une photographie des usages du numérique en formation.

En 2016, près de 40 % des entreprises ayant entre 500 et 5 000 collaborateurs faisaient uniquement du présentiel pour dispenser leurs formations. Cette part est aujourd’hui nettement moins importante avec seulement 26 % de ces entreprises. Ce recul des formations dispensées uniquement en présentiel montre l’évolution digitale de la formation à tous les niveaux.

A noter : 67 % des organismes de formation (toute taille) ne proposent encore que du présentiel à leurs clients ! 

Les motivations des entreprises à franchir le cap du Digital learning 

Si les entreprises ont bien compris que le digital learning est un levier pour réaliser des économies sur leur budget formation, ce n’est pas leur seule motivation. La souplesse pour les apprenants et la production collaborative pour les formateurs sont particulièrement recherchées.

Quelles modalités pédagogiques sont jugées les + efficaces ?

Pour la première fois, présentiel et e-learning sont au coude à coude : entre 2015 et 2016, le présentiel a perdu 5 points arrivant à 25 % tandis que l’e-learning spécialisé totalise 20 % (- 3 points par rapport à 2015).

Les entreprises mixent de plus en plus les modalités au sein de parcours véritablement “blended learning”. Ces formations mixtes ont l’avantage d’offrir un large éventail pédagogique pour les apprenants qui vont bénéficier d’une plus grande souplesse pour suivre leurs programmes de formation.

On se forme mieux quand on est accompagné

Près d’un apprenant sur deux ne va pas jusqu’au bout de sa formation s’il n’est pas accompagné. L’étude souligne que : “La présence d’un tuteur augmente considérablement le taux de complétude des parcours de formation, qu’ils soient sur les fondamentaux ou sur les métiers mêmes. Cela montre bien qu’un outil de digital n’est utile que s’il est bien piloté et n’a pas de sens sans l’animation du formateur. Le formateur fait la performance de l’outil, l’un ne remplace pas l’autre, c‘est une évolution du métier.”

Bon à savoir : parmi les outils de tutorat, les formateurs plébiscitent à 25 % la classe virtuelle, devant le wiki  (20 %) ou les forums (16%). L’échange par mail arrive en toute fin avec 12 % (contre 16 % en 2014).

Par ailleurs, 30 % des apprenants affirment que le 1er facteur d’incitation à suivre une formation en ligne est son lien avec leurs problématiques métier. 16 % sont motivés par la disponibilité de ces formations à chaque instant, en self-service.

Bon à savoir : ils sont 25 % à mentionner que la qualité de la formation (sur le fond) est ce qui les incite à aller jusqu’au bout de la formation suivie.

De plus en plus de formations internalisées

Le digital a rendu accessible la création de formations adaptées et sur mesure pour chaque entreprise. Il est la solution pour individualiser et spécifier la formation à iso budget. Au delà de compétences techniques, ce sont  la réussite des besoins métier et la transmission du savoir-faire de l’entreprise qui sont aborder dans ces formations sur-mesure.

A noter : seuls 6 % des interrogés ont mis en place un MOOC dans leur structure.

Quitter la version mobile