Répondre à : Socle et certifications

#67834
Agnès
Invité

J’ai contacté un OPCA (ADEFIM) ce matin pour comparer un peu les infos que j’ai recueillies avec leurs directives.
Concernant le socle de compétence, il s’agit d’un tout et non pas de formations préparant à l’un ou l’autre des éléments énoncés.
Ils ont validé des dossiers de formation en langues, tous dans ce grands centres qui proposent la certification.
Je m’entend dire que mon centre n’est qu’à 20 minutes du centre certificateur le plus proche et que l’OPCA prend en charge tous les frais inhérents à cette formation, déplacements, formation, coût du test etc.

Les petits organismes de formation de proximité, qui font leur travail avec sérieux, s’adaptant aux besoins spécifiques de leurs clients ne peuvent donc plus travailler qu’avec les formation des plans de formation des entreprises. On pourrait se dire qu’à cela ne tienne.
MAIS! et oui, évidemment il y a un “mais”, le taux de cotisation des entreprises pour le plan de formation va drastiquement diminué (passer de 0.9 à 0.2 pour un de mes clients c’est énorme), ce qui signifie une moindre prise en charge des organismes de prise en charge. Les entreprises vont donc devoir prévoir un budget interne pour financer ces actions de formation.
Si biensur l’entreprise peut “mettre de côté” cette différence pour prévoir ses actions de plan de formation, cela ne couvrira néanmoins pas tous les besoins en formation. Ce qui veut dire moins de demandes auprès des OF, moins de plans de formation, pas de CPF, nous allons tous mouriiiiiir! (je blague mais ce matin j’ai versé bien des larmes de frustration). La plupart d’entre-nous sont OF profession libérale alors on deviendra demandeurs d’emploi mais pas droit au chômage et nous ne seront donc pas comptés dans les chiffres du chômage OUFFF!! enfin pour eux, pas pour nous.

Alors si on récapitule un peu :
si on veut se former (par exemple en langues) on n’a d’autre choix que d’opter pour un grand centre certificateur, pas forcément géographiquement proche, et même si tous les frais sont pris en charge, pour l’entreprise ça fait du temps perdu à envoyer son employé à plus de 30 minutes de là pour se former, et comme chacun sait : le temps c’est de l’argent.
A l’heure où l’on nous prie de consommer local, ils voudraient que les stagiaires en formation polluent encore plus l’atmosphère en se rendant dans de “lointains” centres certificateurs?! Et qui va payer la dépollution de l’air??
Mais en plus le salarié va suivre une formation qui ne correspond pas forcément à ses besoins directs dans sa vie professionnelle! Ni aux besoins de l’entreprise d’ailleurs.

D’après mon client (grosse entreprise) que j’ai eu au téléphone aujourd’hui, cette réforme vise à désenliser pôle emploi de son rôle d’accompagnement dans la formation.

Ne serait-il pas possible de proposer au Ministère du Travail, de l’Emploi, de la Formation Professionnelle et du Dialogue Social une amélioration de la réforme? Pourquoi pas suggérer que le CPF soit obligatoirement certifiant, qualifiant, diplômant pour les demandeurs d’emploi, mais que le choix de se diplômer ou pas soit laissé au salariés? Notez comme j’opte pour le compromis.

Et si chacun de nous écrivait une petite lettre à notre bon ministre, le faisant crouler sous une avalanche d’enveloppes ne pensez-vous pas que ça aiderait à une prise de conscience sur l’absurdité de cette réforme?

Une pétition circule-t-elle déjà quelque part dans les tréfonds du web?