En 2023, vous devrez peut-être payer jusqu’à 30% de votre formation pour débloquer vos droits CPF… Qu’en pensez-vous ?

10 réponses

  1. SEYAR dit :

    J’ai de très nombreux clients qui n’arrivent pas à s’inscrire à la formation depuis la création d’une identité numérique laposte complétement buggée.
    Le but est clair : continuer à ponctionner les entreprises via la taxe pro et reverser un minimum aux titulaires de comptes.

    • LEVEQUEN dit :

      Je confirme SEYAR, idem, la création de l’identité numérique est absurde et n’arrête pas du tout les escrocs en plus. C’est une procédure complexe pour ceux qui ne maîtrisent pas l’outil numérique.

  2. San Drine dit :

    Payer parce que le Gouvernement a mal calculé le besoin ? Non merci ! Je préfère que le montant crédité chaque année soit revu à la baisse mais que la formation via le CPF reste accessible à tous et sans condition financière.

  3. Véronique LE CLOÎTRE dit :

    S’il s’agit de renflouer les caisses et non de supprimer la liberté de choisir une formation, il me semble qu’il faut trier dans la liste des formations éligibles dans le Répertoire spécifique. Certaines actions n’y ont pas leur place mais le permis B doit être maintenu car il permet la mobilité et donc l’accès à l’emploi. Il faut demander un découpage des Titres et Diplômes plus fin : un bloc de 150h c’est déjà un début et ces blocs cumulés permettront de valider la formation et de sécuriser le parcours du candidat.

  4. Jessy dit :

    L’idée du ticket modérateur est moins discriminante. Et n’oublions pas qu’il ne s’agit pas d’un accès gratuit puisque les droits CPF sont obtenus à la force d’un travail fourni. Ok pour fermer les robinets aux escroqueries et laisser la place aux plus sérieux mais attention à ne pas détourner ce dispositif de son objet initial : l’accès à la formation en réponse à un marché qui évolue.

  5. France dit :

    Je pense que le fait de payer une partie de sa formation va être un frein supplémentaire à la formation professionnelle. Si les salariés doivent payés ils ne se formeront plus et attendrons d’être au chômage afin que Pole Emploi les prennent en charge aussi bien les formalités administrative que l’impact financier.

  6. Sylvie Roulin dit :

    Au sein de notre organisme de formation (TP, manutention, transport et logistique) nous recevons des publics en précarité issus de milieux défavorisés, ce n’est pas la majorité, mais beaucoup passent par leur CPF pour accéder à la formation en vue d’un emploi. S’il doivent payer un reste à charge du pourcentage envisagé, ils ne se formeront plus, cela va de nouveau les placer en situation d’échec, ce qui n’est pas envisageable et notre bassin subira de plein fouet un manque de main d’œuvre. Je ne pense pas que ce soit judicieux.
    Je rejoints San Drine sur ce point, la formation via le CPF doit rester accessible quitte à revaloriser la somme créditée tous les ans.

  7. Françoise dit :

    Que l’on stoppe vraiment la fraude au CPF et le harcèlement dont les actifs sont victimes serait une super bonne nouvelle.
    Que l’on fasse participer à hauteur de 30 % les personnes qui ont acquis ce droit à la formation me parait une très mauvaise idée, qui favorisera une fois de plus les personnes les plus défavorisées et en situation de précarité. le CPF était un droit, cela va devenir un privilège ?

  8. 2PJTAXI dit :

    Je rejoins tous les commentaires précédents … se serait une erreur !

  9. CHAKOUNTE YANKOU Alvine dit :

    Je rejoins l’idée de l’accessibilité pseudo gratuite à la formation étant donné, pour reprendre quelqu’un plus haut, que les droits de CPF résultent de notre travail! en revanche traquer ces structures malveillantes et toutes les autres bandes organisées d’escroquerie, ça c’est une action concrète qu’il convient de mettre en œuvre de façon imminente.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *