Focus sur les effets de la réforme de la formation professionnelle

2 réponses

  1. cozin dit :

    le CPF (piloté par l’entreprise) commence à prendre mais dès qu’il aura atteint un plafond de 5% de demandes les fonds manqueront et plus rien ne sera possible (il est impossible de former avec une administration très lourde à moins de 30 à 40 euros par heure et par personne)
    En créant une micro cotisation de 0,2% les partenaires sociaux ont limité les ambitions du CPF à n’être qu’un DIF plus cher et plus compliqué et qui ne sera jamais généralisé.

  2. Andrew dit :

    J’ai des interrogations sur l’interprétation de ces statistiques :
    Vous écrivez en titre :
    CPF : une bonne image mais une mise en oeuvre timide

    “34 % des salariés pensent que le CPF les aide à développer leurs qualifications, et 26 % affirment que le CPF les aide à maintenir leur employabilité. Par contre seuls 23 % estiment qu’il est facile à mobiliser au sein de l’entreprise.”

    On pourrait en fait argumenter exactement le contraire, par exemple :

    “Seul un salarié sur trois (34 %) pense que le CPF l’aide à développer ses qualifications, et seul un sur quatre (26 %) affirme que le CPF l’aide à maintenir son employabilité.”

    Je trouve que l’interprétation des chiffres des enquêtes est vraiment sujette à caution dans notre métier!

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *