Aux ARME partenaires sociaux

Aujourd’hui (mardi 9 juin) est un jour de Concertations avec les partenaires sociaux sur le chantier de l’activité partielle longue durée et la formation professionnelle. Le dispositif Arme dont on a appris le nom hier sera au cœur des discussions.

La première réunion s’est tenue à l’Elysée jeudi dernier (4 juin) et a donné suite au plan de soutien à l’apprentissage. A l’issue de la réunion avec les partenaires sociaux du jeudi 4 juin, le ministre du Travail a annoncé des mesures de soutien à l’apprentissage, notamment l’octroi de 5 000 à 8 000 euros aux entreprises qui embauchent des apprentis entre le 1er juillet 2020 et le 28 février 2021.

Le Président de la République a désormais chargé Muriel Pénicaud de lancer et piloter les discussions sur cinq autres chantiers prioritaires :

  1. Le dispositif de l’activité partielle longue durée
  2. Le plan de soutien aux jeunes
  3. La préservation de la dynamique de formation professionnelle
  4. Les travailleurs détachés
  5. L’assurance chômage

Le lancement de ces discussions sera précédé, de 15h à 18h, d’une réunion sur la situation de l’emploi en France et en Europe (diagnostic, enjeux et perspectives). Cette réunion sera présidée par la ministre du travail et réunira les numéros 1 des organisations syndicales et patronales.

Puis Antoine Foucher, directeur de cabinet de la ministre, recevra en bilatérale les organisations syndicales et patronales mercredi 10 et jeudi 11 juin, pour approfondir les discussions sur l’évolution des critères d’activité partielle et la mise en place d’un système d’activité partielle de longue durée :

  • Mercredi 10 juin à 9h : FO
  • Mercredi 10 juin à 10h : CFDT
  • Mercredi 10 juin à 15h : CGT
  • Mercredi 10 juin à 18h : CFE-CGC
  • Mercredi 10 juin à 19h30 : Medef
  • Jeudi 11 juin à 8h : CFTC
  • Jeudi 11 juin 10h : U2P
  • Jeudi 11 juin à 15h : CPME

Enfin, la ministre recevra à son tour, en bilatérale, les représentants des organisations syndicales et patronales vendredi 12 juin et lundi 15 juin, pour évoquer l’ensemble des sujets de concertation.

1 réponse

  1. didier cozin dit :

    Le point 3 dans sa formulation est assez cocasse (ou consternant)
    “3- La préservation de la dynamique de formation professionnelle”

    Il n’y a évidemment aujourd’hui aucune dynamique formation professionnelle en France
    Tout est à l’arrêt depuis la réforme de 2014 (et celle de 2018 qui en a rajouté), suspendu à des financements qui n’existent pas.

    C’est tout l’édifice formation/éducation qu’il faut reconstruire sinon nous serons condamnés à un éternel jeu de dupes.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *