Compte Personnel de Formation : l’idée d’une régulation budgétaire fait débat

Le mercredi 19 janvier dernier, des députés de la majorité et de l’opposition ont exprimé leur position ; par rapport à une éventuelle régulation budgétaire ; dans le rapport d’évaluation qu’ils ont réalisé au sujet de la loi pour la liberté de choisir son avenir professionnel décrétée en septembre 2018. 

Le CPF dans une bonne dynamique

Le succès du compte personnel de formation (CPF) coûte cher aux finances publiques, mais il ne faut surtout pas enrayer la dynamique en cours. 

Députés de la majorité et de l’opposition

L’intervention des députés a retenu l’attention, depuis des mois, des questions sur la “viabilité” budgétaire du système et les mesures correctives possibles se posent.

Le CPF connaît une croissance spectaculaire ces dernières années. La loi « Avenir professionnel » simplifie la mécanique et le rend plus accessible, notamment grâce à la « monétisation » : Le budget CPF des stagiaires est désormais comptabilisé en euros et non plus en heures.

En novembre 2019, une nouvelle étape a été franchie avec le lancement d’une application mobile et du « parcours direct d’achat » : des outils qui permettent aux travailleurs et chômeurs de payer la formation de leur choix en quelques clics, sans avoir besoin de se déplacer.

Ces différentes démarches visant à simplifier et démocratiser le CPF ont entraîné une augmentation du nombre de formations ces dernières années. En 2020, environ 984.000 personnes étaient suivies dans le cadre du CPF, soit “presque le double” par rapport à 2019, selon le rapport parlementaire. Cette tendance se poursuit, puisque de début janvier 2021 à fin juin 2021, le nombre de formations était le même que sur l’ensemble de l’année précédente.

Comment prévenir les dépenses de 2022 ?

Ces différentes raisons mises en avant par les différents députés sont louables, il serait disconvenu de stopper cet engouement pour le CPF. Cependant, comment répartir les fonds pour l’année à venir ?

Un tel emballement a des répercussions financières sur France compétences, l’instance nationale de pilotage, qui répartit les fonds en faveur de la formation continue et de l’apprentissage. Pour 2021, cet établissement public estime à 2,3 milliards d’euros le budget consacré au CPF

Cette effervescence a un impact financier sur France compétences, l’instance nationale de pilotage allouant des fonds pour la formation continue et l’apprentissage. L’organisme public estime un budget de 2,3 milliards d’euros pour le CPF en 2021. Concernant 2022, l’enveloppe devrait être à la hauteur de : 2,6 milliards d’euros.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *