Que sait-on à ce stade du Plan d’adaptation de la politique des compétences

Jumeler le Plan d’adaptation des compétences avec le plan de transformation économique : Les réunions du début du mois de juin entre le gouvernement et les organisations syndicales et patronales ont débouché comme nous vous le révélions la semaine dernière sur l’annonce de la création du dispositif ARME (Activité Réduite pour le Maintien en Emploi) dont les contours devraient être définis dans les deux prochaines semaines.

Ces nouvelles concertations ont un objectif évident : relancer l’économie à travers la création d’un plan de transformation économique.

Les compétences, enjeu stratégique de l’économie

A la sortie de la crise sanitaire que nous avons connu certains modèles économiques sont remis en cause et l’industrie va se transformer. l’Etat doit plus que jamais favoriser le développement des compétences actuelles et futures des travailleurs à travers ses politiques d’éducation et de formation professionnelle.

Ceci afin de maintenir la productivité du travail comme la compétitivité de nos entreprises.

Pas de transformation économique…

Rassurez-vous, CPFormation n’est pas et ne prétend pas être un site d’analyse de l’économie. Pourquoi alors couvrir le sujet du plan de transformation économique. Et bien tout simplement car le gouvernement à la conviction, à raison, qu’il ne peut pas y avoir de plan de transformation économique efficace sans un plan d’investissement à grande échelle dans les compétences.

… sans investir dans les compétences : Plan d’adaptation

Le gouvernement à souhaité en effet que le plan d’adaptation de la politique des compétences soit conçu de manière cohérente avec le plan de relance économique du ministère de l’économie et des finances.

Plan d’adaptation : le “Cahier de vacances” de la relance

Le plan d’adaptation de la politique des compétences et celui de la relance de l’économie seront élaborés cet été et présenté au mois de septembre. D’ici là nous allons contacter les partenaires sociaux pour leur demander ce qu’il devrait comprendre. Ainsi, nous mettrons a jours cette page pour vous en donner les contours jusqu’à son lacement officiel à la rentrée.

?18 juin – Nous venons de publier le premier Entretien avec Michel Beaugas, Secrétaire confédéral, secteur Emploi et Retraites à Force Ouvrière
?Le prochain sera… la CPME

4 problématiques a résoudre…

La concertation viser à établir des pistes permettant de “relancer l’accès à la formation professionnelle“. Pour se faire les partenaires sociaux vont devoir plancher sur quatre thématiques :

  1. Comment encourager les reconversions ?
  2. Comment conjuguer les logiques d’aspiration individuelle, de besoins en compétences des branches et de besoins des territoires ?
  3. Comment renforcer l’accès à la formation professionnelle pour les demandeurs d’emploi ?
  4. Comment faciliter l’accès à la formation des PME ?

… avec 4 armes possibles (sans faire de jeu de mots)

  • la Reconversion ou promotion par alternance – ProA
  • le Compte Personne de FormationCPF
  • le Plan d’investissement dans les compétences – PIC
  • le Fonds national de l’emploi – FNE-Formation

Le Compte Personne de Formation, objet de co-investissement

Mon compte formation a désormais plus de 6 mois, la première phase du projet à marqué le succès de l’individualisation de l’accès à la formation et la fin de l’intermédiation. Pour autant seulement 2 formations dans le cadre du CPF sur 10 étaient dites “autonomes” avant le lancement de Mon Compte Formation. Les 8 autres étant suite à la dynamique des entreprises françaises et la résultante du travail des DRH. Il est donc temps d’entrer désormais dans la seconde phase du Compte Personnel de formation 2.0 qui a pour objectif la facilitation de l’abondement pour favoriser les co-investissement.

Abondement de Pôle emploi, des entreprises…

Les demandeurs d’emploi peuvent depuis le mois de juin faire individuellement une demande d’abondement à Pôle emploi via MonCompteFormation. La demande d’abondement à Pôle emploi, par un demandeur d’emploi (DE) est donc désormais possible via le site Mon Compte Formation ou l’application Mon Compte Formation. Il peut en un clic, demander un financement complémentaire à Pôle emploi qui devra répondre et traiter rapidement la demande sous penne de validation automatique de celle-cie. L’intermédiation n’est donc pas supprimé mais on simplifie la démarche et l’échange numérique est systématisé. Objectif : réduire les temps d’entrée en formation des privés d’emplois qui désirent se former. Reste à savoir si Pôle emploi pourra continuer ses pratiques de redirection de l’action de formation sur l’un de ses “partenaires”, pratique qui empêche les entreprises de formation qui ne répondent pas à des appels d’offres laborieux de former les chercheurs d’emploi.

Du côté des entreprises, un nouveau portail dédié à l’abondement employeur ouvrira en septembre 2020 aux employeurs privés pour permettre la dotation des comptes de leurs salariés. Il sera possible d’abonder l’ensemble des comptes d’une même entreprise ou d’un groupe de salarié identifié.
Cela pourra se faire par virement bancaire ou paiement avec une simple carte bleu professionnelle.

…mais aussi des régions et des branches

Le ministère du Travail envisage d’utiliser les abondements du CPF pour rapprocher les logiques d’aspiration individuelle, des besoins en compétences des branches et des territoires. En effet l’environnement économique, les crises, la mondialisation ou la transformation des métiers renforcent la nécessité d’orienter les financements vers des qualifications attendues, en niveau et en domaine de qualification.

Le FNE-Formation

Le FNE-Formation renforcé pendant la crise n’a pas eu le succès escompté pour des raisons complexes qui méritent un article dédié dans les prochaines semaines. Factuellement, quelques dizaines de millions qui ont étés consommés (moins de 50 à ce jour) sur le budget de 500 M€ avaient été envisagé. À court terme, le ministère du Travail doit indiquer s’il peut être mobilisé pour former des salariés qui qui vont bénéficier du nouveau dispositif alternatif à l’activité partielle (Arme) approuvés par le Parlement le 10 juin. Les discussions avec les partenaires sociaux sont en cours.

Le Sénat a adopté, dans les conditions prévues à l’article 45 (alinéas 2 et 3) de la Constitution, le projet de loi dont la teneur sont sur cette page : N° 98 SÉNAT SESSION ORDINAIRE 10 juin 2020

1 réponse

  1. didier cozin dit :

    Du côté des entreprises, un nouveau portail dédié à l’abondement employeur ouvrira en septembre 2020 aux employeurs privés …Il sera possible d’abonder l’ensemble des comptes d’une même entreprise ou d’un groupe de salarié identifié.Cela pourra se faire par virement bancaire ou paiement avec une simple carte bleu professionnelle.
    N’importe quoi, aucune entreprise n’a d’argent à refiler à la Caisse des dépôts avant une formation CPF qui ne verra peut être même pas le jour.

    Les entreprises ne demandent pas à abonder, elles demandent de disposer de fonds (CPF ou FNE) pour former leurs salariés (et encore l’insuccès du FNE depuis avril prouve que ce n’est pas aussi simple que cela).

    Le CPF doit être intégralement reformulé, être un co-investissement avec l’employeur ou il disparaîtra dans moins de 5 ans

    Pour les chômeurs le CPF ne sert à rien : on ne se forme pas chez pôle emploi parce qu’on aurait du CPF mais parce qu’on a un projet de reconversion ou d’apprentissage.

    Pôle emploi n’a pas à siphoner les compteurs des DE qui veulent se former et d’autre part on ne doit pas attendre de se retrouver au chômage pour se former.

    C’est toute la démarche de pseudo-sécurisation de l’emploi et de la formation par le CPF qui était viciée et erronnée dès son iniitiation en 2014.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *