Les TPE-PME et la formation

Perspectives est le baromètre sur l’emploi et la formation dans les TPE-PME réalisé par Agefos-PME auprès de 500 entreprises de 1 et 499 salariés. Cette année, le baromètre a été complété par une enquête réalisée auprès d’un panel de 866 salariés du secteur privé.

Lancé en 1992 par Agefos-PME, le baromètre sur l’emploi et la formation dans les TPE-PME offre un regard sur les pratiques, les perspectives et les intentions des TPE-PME concernant l’activité, l’emploi et la formation professionnelle. Cette année, le cahier spécial offre un focus sur la réforme de la formation professionnelle.

2015 : 1 entreprise sur 2 dotée d’un plan de formation 

La réforme de la formation professionnelle et la dotation TPE du FPSPP peuvent être vu comme des facteurs ayant incité à la mise en place d’un plan de formation. En effet, en 2015, 51 % des entreprises déclarent être désormais dotées d’un plan de formation contre 33 % en 2014.

A noter : le plan de formation reste fortement lié à la taille de l’entreprise. Ainsi 44 % des TPE en sont dotées contre 66 % des entreprises de 10 à 49 salariés, 96 % des entreprises de 50 à 299 salariés et 99 % des 300 à 499 salariés !

L’intérêt des entreprises pour le plan de formation ne paraît pas se démentir, puisque 60 % des dirigeants interrogés envisagent de mettre en place un plan de formation en 2016 (82 % parmi les seules PME).

Pour répondre au besoin de qualification des entreprises, la formation est une solution adaptée pour 59 % des dirigeants. Le recrutement de personnel qualifié et opérationnel est la 2e solution avancée (pour 52 % des répondants). Pour 40 % des dirigeants, le recrutement en contrat d’alternance est une des 2 meilleures réponses aux besoins de qualification.

La formation est perçue comme un levier du développement de l’entreprise (40 %), mais aussi comme une contrainte réglementaire (38 %). 76 % des répondants jugent l’offre de formation “de qualité”.

Toutefois ils ne sont que 60 % à estimer que l’offre de formation couvre leurs besoins et 56 % à penser que l’offre de formation est disponible sur l’ensemble du territoire.

Mieux gérer l’évolution des métiers

Ils sont 34 % des dirigeants à estimer que l’évolution des métiers est le principal élément qui les emmènera à recourir à la formation professionnelle. Cet enjeu s’impose d’ailleurs d’avantage qu’en 2015 (+9 points). Arrivent ensuite l’obligation légale (26 %) et l’évolution des marchés (23 %).

Bon à savoir : ces motivations restent les mêmes quelle que soit la taille des entreprises.

En 2016, on constate une stabilité des thématiques de formation : 58 % des entreprises vont investir dans des formations obligatoires, 55 % dans des formations techniques “cœur de métier” et 44 % dans des formations sur la qualité.

Quel budget pour la formation ?

Pour financer ces formations, 23 % des entreprises disent avoir eu un budget supérieur à l’obligation légale en 2015. Au global, 31 % des entreprises estiment que leur budget formation est en hausse ces dernières années.

A noter : 79 % des PME réalisaient des versements volontaires auprès de leur OPCA, mais seulement 39 % envisagent de continuer à en effectuer ( + 13 points par rapport à 2015).

CPF : un fort besoin d’informations

Si globalement 59 % des dirigeants ont entendu parler du CPF, compte personnel de formation, seuls 21 % estiment avoir une bonne connaissance du dispositif, avec un degré de connaissance qui croit avec la taille de l’entreprise : 11 % parmi les dirigeants de TPE contre 96 % chez les  dirigeants  de  300  à  499 salariés.

Côté salariés, 74 % déclarent avoir entendu parler du CPF, mais cette forte notoriété n’empêche pas un faible niveau de connaissance chez les plus jeunes : 58 % des 16 à 24 ans en ont entendu parler.

Dans les 12 mois à venir, 15 % des salariés envisagent d’avoir recours au CPF.

L’entretien professionnel obligatoire

Cette nouvelle obligation d’un entretien professionnel obligatoire obtient l’aval des salariés, qui y sont favorables à 86 %.

Pourtant du côté des employeurs, la connaissance de cette obligation est moindre que celle du CPF : 44 % des dirigeants sont informés de l’obligation de réaliser un entretien professionnel avec chaque salarié au moins tous les 2 ans.

Les échanges sur les besoins en formation sont inexistants pour une majorité de salariés : 56 % déclarent qu’il n’y a pas d’échanges avec leur manager sur leurs  besoins en formation ou leurs perspectives d’évolution professionnelle. Cet échange  est encore moins fréquent dans les TPE avec tout juste 21 %.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *