Interview de Marie-Agnès Mandin, Présidente de la CPME 85 : « Plus que jamais, la CPME est aux côtés des chefs d’entreprise pour les aider à traverser cette crise »

Alors que l’annonce des dates de déconfinement progressif vient d’être faite par le Gouvernement, Marie-Agnès Mandin, Présidente de la CMPE Vendée fait le point sur la situation des chefs d’entreprise sur son territoire, notamment du point de vue de la formation.

Pouvez-vous nous présenter rapidement la CPME Vendée ?

La CPME Vendée joue, par son réseau, le rôle d’intermédiaire entre les chefs d’entreprise qui veulent partager leurs expériences, leurs bonnes pratiques et leurs savoir-faire dans un souci de partage de mêmes valeurs : solidarité, écoute, réactivité. C’est un réseau d’entrepreneurs engagés qui se retrouvent autour d’un seul et même crédo « Notre valeur ajoutée, c’est l’Homme » ! En Vendée, nous comptons plus de 3 000 entreprises fédérées (adhérents et fédérations professionnelles).

A la CPME, nous avons à cœur de proposer aux chefs d’entreprise adhérents formations et informations. Avant le covid, cela passait notamment par l’organisation de petits déjeuners, d’ateliers, de soirées thématiques. Notre leitmotiv est l’échange, la convivialité et le partage. Ainsi, les chefs d’entreprises nous faisaient remonter leurs sujets de préoccupation par le biais de sondages menés sur le terrain, et nous organisions régulièrement des sessions en présentiel.

Différentes thématiques proposées par la CPME nationale comme la préservation de la santé dans l’entreprise, le secourisme au travail, ou par notre CPME territoriale comme les ateliers de la cession, par exemple.

Quelles actions menez-vous auprès des chefs d’entreprise en cette période de crise ?

Avec l’arrivée du covid, nous avons été réactifs et ces ateliers en présentiel sont devenues des ateliers en visio. Nous avons alors développé la thématique du business et du numérique pour accompagner au mieux les chefs d’entreprise : prise en main de la vente en ligne ou des réservations en ligne, « click and collect », ou encore développer leur présence sur les réseaux sociaux. Ils ont aussi pu participer à des webinaires sur le remboursement du PGE, le crédit d’impôt recherche, leur développement numérique, etc.

Mais aujourd’hui, après de longs mois d’incertitude et de crise économique, nos adhérents n’ont qu’une hâte : se retrouver en présentiel pour se rencontrer de nouveau, parler en face à face, partager leurs expériences. Leur âme d’entrepreneur est mise à rude épreuve depuis de trop longs mois avec cette crise sanitaire et ses impacts sur l’économie.

Quels moyens mettez-vous à leur disposition pour se former ?

L’AGEFICE (Association de GEstion du FInancement de la formation des Chefs d’Entreprises) est le fonds d’assurance formation compétent pour le financement des actions de formation des dirigeants non-salariés et leur conjoint collaborateur ou associé du commerce, de l’industrie et des services. Chaque année les cotisations versées à l’Urssaf ou au RSI ouvrent droit à des actions de formation pouvant être financées. Actuellement, les ressortissants AGEFICE ont le droit à 3 500 euros net de taxe.

La CPME 85 exerce une mission d’accueil et de conseil pour les chefs d’entreprises désireux de financer une formation. Sur notre territoire (Vendée, Deux Sèvres et une partie de la Charente Maritime), nous gérons habituellement 1 200 dossiers de demande de financement de formation en un an. Rien qu’en novembre et décembre derniers, nous avons validé 500 dossiers, ce qui montre à quel point les chefs d’entreprise ont eu envie de se former dans cette période difficile. Cet élan vers la formation a été particulièrement fort pour les chefs d’entreprise du tourisme (campings, restaurants) qui souffrent depuis de longs mois de ne pas pouvoir exercer leurs activités, et de devoir dépendre des aides de l’Etat.

Au niveau national, il existe des dispositifs complémentaires pour la formation des chefs d’entreprise. Pouvez-vous nous les présenter ?

A côté de ces financements, d’autres dispositifs déployés par l’Agefice au niveau national permettent de répondre aux besoins de formation des entrepreneurs. Il s’agit de la Mallette du dirigeant. Ce dispositif prévoit le financement par l’AGEFICE d’actions de formation réalisées par des organismes de formation prestataires, retenus à la suite d’un appel à propositions, au bénéfice de travailleurs non-salariés ressortissants du Fonds. Initiée fin 2013, la « Mallette du Dirigeant » a déjà permis à près de 10 000 dirigeants de se former sur des sujets identifiés comme fondamentaux et prioritaires dans le cadre de l’exercice de leurs activités professionnelles.

Pour 2021, vous avez le choix parmi 17 programmes de formation déclinés en deux niveaux d’acquisition de compétences (fondamentaux et Approfondissement), eux-mêmes répartis au sein de 6 axes thématiques :   Comptabilité – Gestion & Tableaux de Bord ; Nouvelles Technologies et Compétences numériques ; Marketing et Communication ; Management et Ressources Humaines : Développement durables et Responsabilité sociétale des entreprises ; Autoentrepreneuriat.

Par ailleurs, l’opération « DPE, Diagnostic des Performances Entrepreneuriales » répond également depuis 2018 aux attentes des chefs d’entreprise. Un Point d’accueil unique et spécifiquement dédié à ces deux opérations a été ouvert à Paris. Il répond à vos demandes d’information. Mais pour monter votre demande de financement, c’est l’organisme de formation que vous aurez repéré dans l’offre Malette du Dirigeant ou PDE qui le montera avec vous.

Bon à savoir : les formations suivies dans le cadre de la Mallette du Dirigeant ou du DPE n’entrent pas en ligne de compte dans le financement de formations par l’Agefice pour chaque dirigeant. Il s’ajoute à ce droit à la formation ! Nous communiquons régulièrement auprès de nos adhérents pour qu’ils saisissent cette opportunité.

Enfin, tout nouveau, les dispositifs « Cap Digital » et « Cap RSE » devraient aussi répondre aux attentes actuelles des entrepreneurs avec différents packs de formation pour accompagner les ressortissants de l’Agefice dans l’appropriation des opportunités amenées par le numérique et dans l’intégration au cœur de leur quotidien des outils clés pertinents.

Propos recueillis par Sandrine Damie – Mai 2021.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *