Formation professionnelle : pour une meilleure mesure de l’impact

Aujourd’hui nous vous partageons le rapport sur la qualité de la formation professionnelle en France, qui a été rédigé par un groupe de travail, composé d’experts en formation professionnelle suivant :

  • Travail mené sous la direction d’Anaïs Prétot, Co-fondatrice et co-CEO de LiveMentor
  • Augustin Destremau, Co-fondateur StaffMe Academy
  • Guillaume le Dieu de Ville, Co-fondateur de Lingueo
  • Sonia Levy-Odier, DG de Skill&You et VP Formation & Règlementation publique Edtech France
  • Anne-Charlotte Monneret, DG EdTech France
  • Yannig Raffenel, CEO Blended Learning et Président EdTech France
  • Maureen Ravily, Co-fondatrice et Partner Archipel&Co
  • Théo Scubla, Co-fondateur et CEO d’EachOne
  • Dario Spagnolo, Co-fondateur O’Clock
Groupe de travail du rapport sur la mesure d’impact de la formation professionnelle

Le but du rapport “Formation professionnelle : pour une meilleure mesure de l’impact” est d’analyser la qualité des formations proposées aux travailleurs français et d’identifier les moyens d’améliorer l’offre de formation.

Le contexte actuel de l’économie française a rendu la formation professionnelle plus importante que jamais, les travailleurs étant obligés de se reconvertir pour s’adapter à l’évolution des métiers et des compétences. Pour garantir une qualité optimale des formations proposées, ce rapport examine les différents acteurs clés du système de formation professionnelle en France, tels que France Compétences, la Caisse des Dépôts et Consignations, et Pôle Emploi.

Inadéquation des méthodes d’évaluation de la qualité des formations professionnelles

Le rapport met en lumière les défis auxquels est confronté le système de formation professionnelle en France, tels que la définition manquante d’une méthodologie commune pour évaluer la qualité des formations et la faible représentativité des contrôles qualité réalisés par les acteurs clés.

Malgré ces défis, le rapport propose également des recommandations concrètes pour améliorer la qualité des formations proposées en France. Les auteurs du rapport recommandent notamment la mise en place de mécanismes de collecte d’impact au niveau de l’organisme de formation plutôt qu’au niveau du certificateur, ainsi qu’une exploitation plus aisée de la donnée pour garantir une source de vérité commune.

Proposition de théorie du changement de la formation professionnelle pour un meilleur impact

Proposition de théorie du changement de la formation professionnelle

Ce rapport fournit une analyse approfondie des acteurs clés, des défis et des opportunités pour améliorer la qualité de la formation professionnelle en France. Les recommandations proposées offrent une voie claire pour une meilleure qualité des formations proposées aux travailleurs français, ce qui les aidera à s’adapter aux besoins changeants de l’économie.

Le rapport appelle à une évaluation objective et systématique de l’impact de la formation professionnelle dans le cadre du plan France Travail et des mesures en faveur du plein emploi. Cette évaluation est cruciale pour éclairer les décisions sur le budget de la formation, responsabiliser les organismes de formation, améliorer l’accompagnement des apprenants, renforcer les opérateurs publics et les régulateurs, et finalement renforcer la transition numérique du modèle de formation grâce à l’Open Data.

Visualiser l’intégralité du Rapport : pour une meilleure mesure de l’impact de la formation professionnelle :

Arnaud

Co-fondateur @LINGUEO & @LILATE. Ancien chroniqueur BFM et administrateur des Acteurs de la Compétences, Arnaud est engagé dans le combat contre la fraude au CPF, il cofonde en 2022 le collectif de certificateurs CPF4GOOD. Il est également intervenant au sein du programme "Startup Launchpad" à HEC. Contacter Arnaud Portanelli

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *