Entretien avec Ludovic Bertrand, Directeur du réseau des Carif-Oref

Ludovic Bertrand, Directeur du réseau des Carif-oref nous éclaire sur les missions de cette association nationale, et les projets à mener en matière de formation professionnelle en 2022.

Avec le décret du 22 juin 2021, les missions du réseau des Carif-Oref sont enfin inscrites dans le Code du travail. Pouvez-vous nous parler de votre nouveau périmètre d’intervention et de la reconnaissance apportée par ce décret ?

Avec la publication du décret relatif aux missions de service public des Carif-Oref, le ministère du Travail conforte en effet l’existence de ces structures et en précise leurs missions. Comme dans la circulaire de 2011, le décret articule les missions des Carif-Oref autour des trois grands axes que sont la collecte de l’offre de formation, l’animation de la professionnalisation des acteurs de l’emploi, de la formation et de l’orientation professionnelles, ainsi que l’observation de la relation entre la formation et l’emploi.

Ce décret, en prolongement de la loi « Avenir Professionnel » de 2018 et du Plan d’investissement dans les compétences, donne et spécifie néanmoins de nouvelles missions et orientations aux Carif-Oref. Ainsi, ces derniers se voient désormais confier la collecte de l’offre de formation par apprentissage ; la professionnalisation est axée sur les innovations technologiques et pédagogiques dans les domaines de l’orientation et de la formation professionnelle, et leur mission d’observation englobe dorénavant l’analyse de l’appareil de formation et des processus d’accès à la formation.

Le décret ne se limite cependant pas uniquement aux structures régionales puisqu’il vient également donner un cadre légal de travail à l’Association nationale du réseau des Carif-Oref (RCO), qui jusqu’à aujourd’hui œuvrait activement dans l’écosystème de la formation sans avoir de positionnement reconnu.

Quelles sont vos différentes missions ?

Né de la volonté des Carif-Oref eux-mêmes en 2011, RCO se voit aujourd’hui confier sept missions lui permettant de poursuivre l’accompagnement et l’animation des Carif-Oref sur les territoires, tout en œuvrant à la consolidation et au développement d’un socle commun entre les structures.

Ainsi RCO aujourd’hui :

  • assure la représentation des Carif-Oref ;
  • organise la mise à disposition des données qui leurs sont nécessaires pour exercer leurs missions ;
  • coordonne leurs actions relatives à la diffusion et la promotion des innovations régionales dans le domaine de l’emploi, de la formation et de l’orientation professionnelles ;
  • recense les organismes de formation professionnelle et les centres de formation des apprentis ;
  • consolide, au niveau national, les données collectées par les Carif-Oref afin de les mettre à disposition des partenaires ;
  • réalise un bilan annuel de l’offre de formation professionnelle ;
  • et enfin, met en œuvre toute autre action en matière d’information sur l’offre de formation qui lui est confiée par les ministres chargés de l’orientation et de la formation professionnelles, en lien avec les représentants des régions.

Quelle place pour les études et prospectives sur les formations et les métiers au sein de votre réseau ?

L’analyse de la relation entre la formation et l’emploi est l’une des composantes majeures de l’ADN des Carif-Oref en région. Depuis leur création, ils sont en effet pleinement investis sur cette thématique et ont à cœur d’outiller les décideurs publics en leur fournissant des éléments éclairants sur les mécanismes présents à l’échelle locale.

En effet, parallèlement aux travaux nationaux ou aux études sectorielles qui peuvent être réalisées, les Carif-Oref apportent une lecture territoriale de l’emploi, du marché du travail et de la formation professionnelle. Ce regard, spécifique, totalement complémentaire aux autres travaux qui sont menés, permet dès lors aux acteurs locaux d’obtenir une vision embrassant l’ensemble des réalités existantes.

Le décret du 22 juin 2021 vient d’ailleurs pleinement réaffirmer cette mission d’analyse en précisant les champs d’étude sur lesquels les Carif-Oref doivent s’investir.

Ainsi, parallèlement aux études prospectives devant permettre la mise en évidence des besoins en compétences et en qualification, en lien avec la situation socioéconomique des territoires, les Carif-Oref sont attendus sur l’observation des modalités d’accès à la formation, sur l’étude de l’appareil de formation, sur l’orientation, sur l’insertion et sur les caractéristiques des organismes de formation.

Entretien avec Ludovic Bertrand, Directeur du réseau des Carif-Oref

En quoi ce travail d’observation peut être une aide à la décision dans le domaine de la formation des adultes ?

Les travaux d’observation réalisés par les Carif-Oref ont pour vocation principale l’outillage des acteurs de l’emploi, de la formation et de l’orientation professionnelles sur les territoires.

En effet, l’objectif des travaux réalisés est qu’ils soient utiles, concrètement, dans les prises de décision qui pourront avoir lieux à l’échelle locale.

À titre d’exemple, certaines études peuvent servir à étudier l’opportunité ou non de l’achat de places de formation sur une certification particulière et sur un territoire donné. D’autres productions peuvent permettre la mise en lumière de problématique d’attractivité de la formation et non pas d’un manque d’investissement de la part des acheteurs de formation. Enfin, notons que de nombreuses études concourent également à permettre aux acteurs en région de s’appuyer sur un état de lieux partagés dans le cadre de suivi de politiques spécifiques.

Quels sont les projets majeurs qui vont vous mobiliser en 2022 sur la problématique de la formation ?

Chaque Carif-Oref discute de son programme de travail avec sa gouvernance locale. Il n’est donc pas possible pour l’Association nationale de répondre aujourd’hui sur les thématiques qui vont mobiliser les structures régionales sur 2022.

RCO de son côté mènera trois chantiers d’envergure cette année dans le domaine de l’observation.

Tout d’abord le déploiement d’un entrepôt de données permettant de suivre et d’analyser l’offre programmatique, le réalisé de formation, l’emploi, le marché du travail, à partir de différentes clés d’entrée… C’est d’ailleurs en s’appuyant sur cet entrepôt que RCO pourra produire le bilan annuel de l’offre de formation permettant de préciser par région et domaine, l’état de l’offre actuelle, ainsi que les dynamiques en œuvre.

Le second chantier sera quant à lui celui de la réalisation d’une cartographie de l’apprentissage. Après un premier exercice réalisé en 2021 autour du dispositif « 6 mois », RCO en partenariat avec la Mission nationale apprentissage (MNA) proposera un tableau de bord et une cartographie permettant un suivi statistique renforcé de l’apprentissage sur les territoires.

Enfin, le troisième et derniers sujets d’importance sur lequel RCO sera mobilisé sur 2022 est celui de l’analyse de la formation en lien avec la transition écologique. En effet, alors que le PIC, le Pacte productif, le Plan de relance, mettent en avant cette thématique, le périmètre de la transition écologique reste complexe à définir. C’est donc la raison pour laquelle RCO, en lien avec l’Observatoire national des emplois et métiers de l’économie verte (Onemev), va expérimenter le déploiement d’une nouvelle méthodologie d’approche s’appuyant sur l’observation d’entreprises en région.

Propos recueillis par Sandrine Damie (décembre 2021).

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *