La formation professionnelle en 2021, quel bilan ?

S’il y a bien un secteur où l’on ne s’ennuie pas, c’est bien celui de la formation professionnelle, et 2021 n’échappe pas à la règle !

Que retenir de 2021 ?

2021 fut une période très mouvementée dans le domaine de la formation professionnelle. Dans le contexte de crise sanitaire et de reprise économique, de nombreuses turbulences ont marqué l’année et touché divers acteurs de terrain.

Les confinements successifs et les restrictions des déplacements que nous avons connu en 2020 ont eu des effets importants sur les modalités de formation. Le distanciel est devenu un incontournable durant cette période. Les organismes de formation ont donc dû s’adapter, et vite ! En 2021, cette tendance à la digitalisation de la formation professionnelle se confirme. C’est même devenu un critère important pour plus de la moitié des actifs français. Ces derniers ont bien compris qu’ils pouvaient bénéficier d’une formation de qualité sans avoir à subir des contraintes de déplacement.

Sujets marquants de l’année 2021 :

FNE-Formation

Ce dispositif de crise fortement utilisé en 2020 s’est transformé en 2021. Initialement utilisé pour les entreprises en activité partielle, le dispositif a été élargi à d’autres entreprises (en difficulté, en mutation ou en reprise d’activité) avec l’exigence de parcours plus professionnalisants. Il permet aux entreprises de boucler leur plan de développement de compétences en 2021, et de préparer 2022…

Le CPF s’affirme

Nous pouvons atteindre 2 millions de dossiers validés, une forte augmentation par rapport à 2019 et 2020. Cependant, en raison du déficit de France Compétences et de la forte baisse du nombre de certifications valides depuis le 1er janvier, cette dynamique devrait s’inverser en 2022.

CPF co-construit

Le CPF construit avec l’employeur continue de se développer dans les entreprises. Ainsi, 6 000 entreprises ont déjà procédé à une dotation via la plate-forme EDEF pour un montant de 50 millions d’euros. 

Cependant, il y a un hic. Bien souvent, l’implication de l’entreprise se matérialise en-dehors de l’application, celle-ci payant directement le surcoût à l’organisme de formation.

Entretien professionnel

Après de multiples reports, l’échéance du 30 septembre 2021 a finalement été maintenue. A partir de cette date, les employeurs devront désormais justifier de leur obligation sexennale de formation auprès de leurs salariés. 

En clair : avoir réalisé les entretiens professionnels nécessaires et avoir fait bénéficier son salarié d’au moins une formation non-obligatoire sur les six dernières années.

Et pour 2022 ?

L’année 2022 s’annonce du même acabit que 2021. Avec en trame de fond l’élection présidentielle, certaines mesures ne manqueront sans doute pas d’être prononcées : nouvelles obligations, nouveaux reports, réforme à venir ?

Concernant les fraudes qui touchent le CPF, nous devrions enfin voir la fin du démarchage téléphonique, méthode plus qu’utilisée par les organismes fraudeurs. Un amendement devrait être déposé dans les prochains mois.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *